twitter instagram linkedin

EN | FR

Business Montres : Xavier Dietlin, avouez-nous donc franchement...

Sans langue de bois, ni Langue de coton, dix questions à brûle-pourpoint (voire plus) que « Business Montres » a voulu poser à Xavier Dietlin, Le « vitriniste Le plus déjanté de sa génération ». C’est le premier épisode de notre voyage estival en compagnie de ces acteurs de l’horlogerie qui parviennent à faire du buzz sans acheter des publicités dans Les médias et qui savent faire parler d’eux sans ne parler que d’eux. C’est parti...

 

On ne présente plus Xavier Dietlin (ci-dessous, au centre), puisqu’il n’y a pas d’autre représentant de son espèce en Europe, ni ailleurs sur cette planète l II est le hapax horloger par excellence et, on l’espère, le taxon,d’une future lignée génétique de magiciens spécialisés dans la présentation non-conformiste des objets du temps ! Nous n’avons pas encore trouvé mieux pour le définir que cette étiquette, apposée par nous dans son dos voici une grosse dizaine d’années : il a été, il est et il reste le « vitriniste le plus déjanté de sa génération ». C’est déjà énorme, mais ce n’est sans doute pas fini : aux commandes d’un atelier familial qui s’est transmis de génération en génération depuis 168 ans, Xavier Dietlin a réussi à démontrer l’étendue de ses compétences à travers le monde, avec tant de marques différentes qu’on ne se risquera pas à les citer. Ceci sans jamais cesser d’être l’artiste un peu fou de Romanel-sur-Lausanne, nouveau « Petit Prince » qui ne veut pas grandir et qui tient à rester le plus créativement Swiss Made qu’il pourra, c’est-à-dire intégralement. On peut dire qu’il a « inventé » l’inventivité dans l’art de présenter le luxe horloger. C’est pourquoi nous commençons par lui notre randonnée estivale chez les acteurs « alternatifs » et originaux d’une horlogerie trop souvent trop propre sur elle et trop bien peignée - l’horlogerie du mainstream, celle des managers qui ont toujours trop de comptes à rendre et pas assez d’idées neuves pour alimenter ces comptes...

 

XAVIER DIETLIN, QUE pensez-vous de cette pratique étonnante des « vacances horlogères » pour une industrie qui fonctionne en flux tendu et qui est chroniquement en retard ?

Ces vacances horlogères devraient être annulées et remplacées par des... stages d’anticipation ! Ça permettrait aux marques de réfléchir aux salons horlogers, puisqu’elles n’auront plus le temps d’y réfléchir après les vacances...


OÙ allez-vous piquer une tête pour votre premier bain de vacances (sans indiscrétion) ?

J’avais pour habitude de partir très loin en famille, mais mes enfants ne veulent plus suivre le vieux. Donc le vieux a décidé d’assumer son âge et de rester sous tente le long de la côte atlantique. Ile de Ré, Cap Ferret et Biarritz. Et ça marche ! Mes enfants me suivent... Jusqu’à quand ?


COMBIEN de temps pouvez-vous rester en vacances sans consulter L’écran de votre smartphone ?

Un échange de bons procédés avec ma femme me permet le deal suivant : longues vacances = consultation 2 fois par jour de mon portable...


AVEC QUI partiriez-vous le plus volontiers jouer Les Robinson sur une île déserte ?

Avec Tori Amos ou Kate Bush. Ce ne sont pas les deux plus jolies, ni les plus jeunes, mais assurément les plus folles et mystérieuses. Quel bonheur de côtoyer des fous !


À QUEL grand ancêtre aimeriez-vous serrer La main, toutes époques confondues ?

Le facteur Cheval, pour lui faire part de mon admiration. Comment aller au bout d’une idée, même folle !


QUELLE est La vitrine dont vous êtes professionnellement Le plus fier ?

Le Pulsograph (Breguet, 2010), qui permet d’entendre chaque déplacement mécanique à l’intérieur d’une montre, sans aucun micro. La présentation de cette vitrine à Nicolas G. Hayek m’a marquée. J’avais devant moi un des hommes les plus importants de l’horlogerie, qui écoutait religieusement chacune de ses montres sur le Pulsograph. Je me suis dit qu’on pouvait peser des milliards et être profondément passionné...


COMBIEN de clients refusez-vous tous Les ans et pourquoi ?

Je dis plus souvent « non » que « oui », parce que j’ai décidé de ne pas grandir. Ce n’est pas de la prétention, c’est mathématique ! Ma production est limitée et, de ce fait, mes vitrines ne sont pas destinées à tout le monde. C’est ça, le luxe. Garder la demande plus forte que L’offre...


À QUI êtes-vous Le plus reconnaissant dans votre carrière de vitriniste horloger ?

Jean-Claude Biver. Quel honneur d’avoir été son vitriniste pendant presque vingt ans sous cinq marques ! Mais, ce que j’ai pu apprécier avec lui, c’est sa qualité de partage. Il m’a toujours cité, mis sous les projecteurs, recommandé dans le monde entier. Il a compris que les fournisseurs de l’horlogerie méritaient la lumière. Certains feraient bien de s’en inspirer !


QUELLES sont, aujourd’hui, Les trois personnes qui ont Le plus d’influence sur votre métier ?

1) Tom Yorke (Radiohead) dont la musique m’inspire à bien des égards : comme pour un film, la musique est essentielle en termes de rythme ; c’est elle qui donne le ton, pas les images ; Tarantino choisit ses musiques avant de construire son film.
2) Les Mummenschanz (troupe de théâtre) : à chaque représentation, je sors avec un carnet de notes rempli ; ombres et lumières, poésie ; magistral !
3) Christopher Nolan (cinéma), qui a su donner un nouveau souffle au cinéma : il sait donner une deuxième lecture profonde à tout ce qu’il fait ; on pense qu’on a compris mais... ; Memento est à voir d’urgence.


À QUOI ressemblerait La vitrine de vos rêves, celle que vous n’aurez peut-être jamais aucune chance de réaliser ?

La vitrine de mes rêves permettrait de ralentir le temps, de l’arrêter, de le remonter. Quel bonheur ! Celle que je ne ferais jamais sera entièrement digitale (sans vrai produit), donc sans émotions. J’espère ne jamais tomber dans ce piège...


(une onzième question pour la route) COMMENT avez-vous fait pour devenir le numéro un mondial de La vitrine horlogère ?

Je n’ai tout simplement pas fait comme tout le monde ! J’ai toujours voulu concevoir des vitrines uniques, qui ne ressemblaient à aucune autre : si on vient me chercher depuis le Japon ou les Etats-Unis, c’est qu’on ne les trouve pas là-bas, ni ailleurs. Je n’ai jamais fait de compromis à ce sujet, pas même financier. Mes concurrents sont préoccupés par l’argent, moi pas...


(et la question qui tue pour finir) POURQUOI retrouve-t-on quatre marques indépendantes dans le Top 5 des marques horlogères qui sont aujourd’hui Les plus désirables et Les plus désirées ?

Le hasard... Sans doute, Le hasard, j’imagine...

Business Montres : Xavier Dietlin, avouez-nous donc franchement...

All the products have been registered with and are protected by the Federal Intellectual Property Office (FIPO) and the European Patents Office (EPO).
All reproductions or copies are strictly forbidden. © Dietlin SA 2002-2019